KD1 Cabinet Dentaire

Du Sex entre les bactéries de la plaque dentaire?

Rédigé le 09/12/2018
L'équipe KD1

Ingar Olsen, Gena D. Tribble, Nils-Erik Fiehn & Bing-Yan Wang (2013) Bacterial sex in dental plaque, Journal of Oral Microbiology, 5:1, DOI: 10.3402/jom.v5i0.20736
Selon cette étude: 

Il ne fait aucun doute que les gènes sont transférés entre bactéries dans la plaque dentaire, probablement par les trois principaux mécanismes de transfert horizontal de gènes: transduction, conjugaison et transformation. La plaque dentaire présente un intérêt particulier car elle peut être un réservoir de gènes de résistance aux antibiotiques, qui peuvent être incorporés en dehors des limites des espèces.

L'ADN étranger peut provenir de cellules (même mortes) de la même espèce ou d’organismes apparentés à distance. L'ADN transmis peut être intégré ou recombiné dans le chromosome du receveur ou restent sous forme de virus extrachromosomique élément héritable. Bien que nous ne pouvons pas en savoir beaucoup sur la fréquence de cet horizontal in vivo transferts de gènes, les études génomiques révèlent qu'ils représentent probablement entre 5 et 43% des gènes dans différentes espèces orales.

Ce transfert n’est pas parallèle aux processus qui nous associons au sexe chez les organismes supérieurs comme il ne le fait pas provoquer la reproduction. Le sexe bactérien est simplement associé avec l'absorption de matériel génétique pouvant être transféré verticalement ou horizontalement vers d'autres cellules. C'est à peine accompagné de plaisir pour les bactéries (bien que qui sait?), contrairement à l'objectif ultime des activités dans un bordel. Par conséquent, la plaque dentaire peut difficilement être considéré comme un bordel dans le contexte habituel du mot, même pour les bactéries.
Cependant, il ne fait aucun doute que le sexe bactérien se produit, ce qui signifie ici que les gènes sont transféré entre les cellules. Ce transfert est un important mécanisme pour les bactéries en termes de survie dans un rude environnement, pour leur virulence et leur pouvoir pathogène.